Les chansons de Ludovic Gourvennec

Mars - Semaine 4 :

Salut à toutes et à tous,


Qu’est-ce qui fait qu’un chanteur ou une chanteuse nous plaît, nous attire, nous émeut, ou inversement nous horripile, nous fait grincer les dents et tarir la source des adjectifs péjoratifs « tellement c’est nul » ? Sa voix ou sa façon de chanter ? Les textes ? Le style musical ? Sa posture ? Sans doute un peu tout ça à la fois, dans un sens ou dans l’autre.

Et il y a des artistes, au moins en ce qui me concerne, qui nous évoquent les deux sentiments en même temps : ça me saoule un peu mais faut bien reconnaître qu’il y a aussi du talent ou un petit quelque chose… En ce qui me concerne, Benjamin Biolay en fait partie. A la fois acteur (il a tenu des rôles convaincants dans plusieurs films, dont celui de Christophe Honoré « Chambre 212 », par exemple), très bon musicien multi-instrumentiste, excellent arrangeur (il a ainsi produit, avec Keren Ann, le dernier album d’Henri Salvador en 2000 avec notamment les tonalités jazz de « Jardin d’hiver » - citons aussi le sublime « La disparition » de la même Keren Ann), il est aussi chanteur et il connaît un succès important. Il a en particulier reçu en 2021 une Victoire de la musique pour le meilleur album (Grand prix) et le meilleur interprète masculin.  

Voici quelques exemples de production de Biolay – souvent aux tonalités assez tristes, nostalgiques – voire dépressives :

« Les cerfs-volants » (2002) – arrangements très pointus (entre jazz, rock, symphonie) :

Afin de pouvoir visionner cette vidéo, merci de consentir à utiliser les cookies de notre fournisseur vidéo.

« Ton héritage » (2009) (piano uniquement, très émouvant, et gros enjeu psychanalytique du texte) :

Afin de pouvoir visionner cette vidéo, merci de consentir à utiliser les cookies de notre fournisseur vidéo.

Un extrait de l’album Grand Prix, avec cette chanson assez rock sur les suites de la séparation (dans le clip évolue l’actrice Nadia Tereszkiewicz, qui commence à éclore dans le cinéma français) :

« Comment est ta peine » (2020) : 

Afin de pouvoir visionner cette vidéo, merci de consentir à utiliser les cookies de notre fournisseur vidéo.

Et enfin, deux extraits de l’album Saint-Clair, qui confirme, via les ventes et les concerts complets, que Benjamin Biolay plaît à un large public et constitue un agent majeur de la scène actuelle.

« Les joues roses » (2022) : 

Afin de pouvoir visionner cette vidéo, merci de consentir à utiliser les cookies de notre fournisseur vidéo.

« Rends l’amour » (2022) : 

Afin de pouvoir visionner cette vidéo, merci de consentir à utiliser les cookies de notre fournisseur vidéo.

Bon week-end à toutes et tous !