Salut à toutes et à tous,

Cette semaine, focus sur Gaël Faye, que vous connaissez probablement tous : il est romancier auteur du remarqué (et très étudié) Petit pays, roman (2016) burundais du génocide du Rwanda, adapté plus tard au cinéma. Voici d’ailleurs une interview super intéressante concernant sa réaction suite à la création du film : 

Afin de pouvoir visionner cette vidéo, merci de consentir à utiliser les cookies de notre fournisseur vidéo.

Mais Gaël Faye est surtout identifié comme chanteur (slam, rap) et s’est révélé grâce à son excellent album « Pili-pili sur un croissant au beurre » (2013) dont voici la chanson « Je pars » (2013) (que j’étudie régulièrement en classe), hymne à la migration du monde occidental oppressant vers un idéal, sans doute exotique, certainement plus simple et authentique :

Afin de pouvoir visionner cette vidéo, merci de consentir à utiliser les cookies de notre fournisseur vidéo.

On le retrouve plus tard pour le très beau « Ballade brésilienne » (2018) en duo avec la chanteuse brésilienne Flavia Coelho. Ceux parmi vous, qui connaissent l’Amérique latine ou l’Afrique ou qui y ont vécu, ne peuvent qu’être touchés et convaincus par l’exactitude et la contextualisation précise de l’univers évoqué, dans les deux langues (il y est même question des joueurs brésiliens du PSG !), avec un texte en français super bien écrit où l’on trouve le magnifique « Et comme le temps nous est compté / J’irai camper sur tes lèvres pour m’endormir à t’écouter »)

Afin de pouvoir visionner cette vidéo, merci de consentir à utiliser les cookies de notre fournisseur vidéo.

Gaël Faye ne sort son deuxième album, Lundi méchant, qu’en 2020, mais cela valait vraiment le coup d’attendre car c’est une réussite. On y retrouve ces ambiances africaines, les tonalités nostalgiques, un jeu habile sur les mots, à la lisière du rap et de la chanson, et les thématiques fréquentes de l’oppression de la société de consommation et du mode de vie occidental. Trois exemples.

« Kerozen » (2022) : 

Afin de pouvoir visionner cette vidéo, merci de consentir à utiliser les cookies de notre fournisseur vidéo.

« Respire » (2020) : très belle chanson d’aujourd’hui, sur la suffocation quotidienne, que j’ai utilisée récemment en classe – Beau clip /

Afin de pouvoir visionner cette vidéo, merci de consentir à utiliser les cookies de notre fournisseur vidéo.

« Chalouper » (2022) : envisager le vieillissement et l’avancée dans la vie comme un chemin à deux, tendre, dansant et doux /

Afin de pouvoir visionner cette vidéo, merci de consentir à utiliser les cookies de notre fournisseur vidéo.

Je prends l’occasion de la chanson précédente en live pour insister sur ses concerts que je vous recommande : ce sont des moments vraiment chaleureux, agréables, parfois mélancoliques, souvent très toniques, et il dégage vraiment quelque chose de très humain.

Dernier point. Gaël Faye a récemment mené une collaboration très fructueuse, avec Ben Mazué et Grand Corps Malade, qui a conduit à la sortie d’un album excellent, Ephémère, doit voici un extrait (mais je vous le recommande entièrement) :

« On a pris le temps » (2022) :

Afin de pouvoir visionner cette vidéo, merci de consentir à utiliser les cookies de notre fournisseur vidéo.

En live à Taratata : 

Afin de pouvoir visionner cette vidéo, merci de consentir à utiliser les cookies de notre fournisseur vidéo.

Bon week-end à toutes et tous !