Les chansons de Ludovic Gourvennec

 

Septembre - Semaine 1 : 

Cette chronique hebdomadaire fait la part belle à la chanson française, mais je n’oublie évidemment jamais qu’il faudrait plutôt parler de chanson francophone, car les artistes chantant en langue française produisent partout dans le monde, et ce depuis longtemps, et de belle manière.

Focus aujourd’hui sur l’Afrique et sur un artiste emblématique, l’Ivoirien Tiken Jah Fakoly, qui depuis de nombreuses années s’engage, via la chanson et des démarches individuelles, pour des causes diverses : éveil des consciences, productions de spectacles en Afrique, développement de l’éducation, critique de la corruption, avènement de la démocratie, dénonciation du néo-colonialisme, amélioration des conditions de vie en Afrique, etc. Sur un rythme reggae, cela va sans dire, et dans la langue du dialecte africain, évidemment, le cas échéant.

S’il ne fallait retenir qu’un morceau de cet artiste, ce serait cet hymne emblématique, lancinant, implacable, extraordinaire, qui dénonce la façon dont les états coloniaux ont arbitrairement découpé les géographies africaines, au mépris des ethnies et des écosystèmes locaux, et qui met l’accent sur les accords politiques cyniques qui régissent la géopolitique. « Ils ont partagé Africa sans nous consulter / Ils s’étonnent que nous soyons désunis ».


« Plus rien ne m’étonne » (2004) :

Afin de pouvoir visionner cette vidéo, merci de consentir à utiliser les cookies de notre fournisseur vidéo.

Voici quelques autres morceaux intéressants, dont certains très récents : 

« Le pays va mal » (2017) avec de beaux chœurs féminins : 

Afin de pouvoir visionner cette vidéo, merci de consentir à utiliser les cookies de notre fournisseur vidéo.

« Religion » (2022) : un discours en anglais marqué par une forme de sagesse (mêlant foi, social, politique) qui définit d’ailleurs l'image de TJF dans le clip : « Religion should be cool, religion can be crazy » 

Afin de pouvoir visionner cette vidéo, merci de consentir à utiliser les cookies de notre fournisseur vidéo.

« Enfant de la rue » avec Grand Corps Malade : supplique très touchante au(x) père(s) des enfants délaissés, abandonnés, interrogation sur le fait d’être né, questionnement sur l’éducation, c’est très beau avec des passages magnifiques de chant en dialecte comme des plaintes :

Afin de pouvoir visionner cette vidéo, merci de consentir à utiliser les cookies de notre fournisseur vidéo.

Et je remets ici la belle chanson en duo avec Icare dont j’ai déjà parlé :
« Humble African » (2022) :

Afin de pouvoir visionner cette vidéo, merci de consentir à utiliser les cookies de notre fournisseur vidéo.